Conseils utiles

Les informations de cette page ont pour but de vous aider à vous préparer de façon à ce que votre session d’enregistrement se passe le mieux possible.

Certaines de ces informations vous paraîtront peut-être évidentes, mais nous avons pensé qu’il valait mieux les rappeler. Nous espérons en tout cas que ce document vous sera utile.

Planning et déroulement de la session

L’enregistrement d’une démo/maquette de 3 ou 4 morceaux pour un groupe de rock/pop représente typiquement 3 à 4 jours de travail. Il est intéressant de nous rencontrer quelques jours avant la session proprement dite, afin de préciser vos attentes, définir le planning, et éventuellement écouter quelques morceaux « de référence » dont le son vous plaît.

Idéalement, la veille de la session, le batteur devrait amener et installer son matériel, l’accorder et l’ajuster en fonction du son désiré. C’est le moment d’éliminer les bruits indésirables (pédale qui grince, siège qui couine etc.) qui sinon s’entendent immanquablement dans les pistes des micros de proximité.

Le déroulement de la session elle-même dépendra du choix d’enregistrement : soit « live », avec tous les musiciens ensemble, soit par overdubs. La prise live amène un feeling intéressant, mais présente plusieurs inconvénients :

  • Il faut que tout le monde recommence si quelqu’un se trompe
  • Il est rare que tous les musiciens soient au top au cours de la même prise ...

En général, je propose donc d’enregistrer la section rythmique (basse/batterie) ensemble, ainsi qu’une piste témoin de la voix, puis d’ajouter le reste en overdub par la suite. La basse est alors enregistrée en direct, via une DI ou par exemple une entrée instrument , ce qui permet d’isoler correctement la basse de la batterie.

Une fois que l’on a pour tous les morceaux une bonne base rythmique avec le chant témoin, on peut aborder les guitares, claviers et autres instruments qui seront donc enregistrés en overdub. Au niveau de la prise pour ces instruments, pas de règle, il faut simplement chercher à avoir le meilleur son « dans la boîte », ce qui n’est pas nécessairement la même chose que le bon son en live. Il y a souvent des ajustements à faire, chaque prise est particulière.

On termine les prises par le chant lead et les chœurs. Il est intéressant à ce niveau d’avoir une copie des paroles des chansons, pour entre autre pouvoir repérer facilement les passages à refaire.

Une fois le « tracking » terminé, on peut s’attaquer au mixage. Je peux vous préparer un premier mixage de travail, que vous pourrez écouter à votre aise afin de discuter de ce que vous souhaitez obtenir au final. Il n’est généralement pas très productif de faire le mixage avec tout le groupe (« plus moi, plus moi » …). Vous pouvez par exemple choisir l’un des membres du groupe qui pourra guider le mixage, après discussion avec les autres, bien entendu. Et après écoute du résultat, on peut bien sûr ajuster le tir en fonction des commentaires de chacun. Mon rôle sera de guider le travail, d’émettre des suggestions, mais c’est toujours vous qui prendrez les décisions finales.

Mastering

Pendant le mastering, on va décider de l’ordre des morceaux, peaufiner le son général des mix, ajuster le volume final du CD.

Généralement, pour les projets professionnels, le mastering est toujours réalisé dans un autre studio et par une autre personne que le mixage. L’intérêt est d’avoir une paire d’oreilles « fraîches » qui vont apporter un regard (?!) neuf et objectif sur le travail. Généralement, les studios de mastering ont aussi accès à du matériel de très haute qualité qui n’est pas accessible aux studios traditionnels, encore moins aux project studios. Cependant, le progrès des outils informatique aidant, on peut déjà arriver à un résultat très satisfaisant pour des produits standards (démo, maquette, annonces radios etc.).

! ! ! Il est conseillé de laisser passer quelques jours entre le mixage et le mastering, pour justement pouvoir prendre un peu de recul par rapport au projet.

Petits trucs et astuces

♪ Une séance d’enregistrement est un moment de stress inhabituel, il vaut donc mieux que vous soyez bien préparés.

♪ La structure des morceaux devrait être bien définie (intro, fin,...), à moins bien sûr que vous n’ayez le temps (et les moyens) de régler cela en studio.

♪ Si vous comptez enregistrer au click, il vaut mieux vous y habituer avant, en répétition, sinon le résultat risque d’être incertain.

♪ Si vous comptez ajouter des parties par rapport à vos versions live (chœurs, phrases et riffs divers, percussions, …), préparez les dans la mesure du possible.

♪ Commencez les prises dans la silence complet, et laisser aussi une dizaine de secondes de silence à la fin d’une prise, afin que tous les sons se soient éteints complètement (surtout pour la batterie !).

♪ Entre les prises, et surtout si l’on est en train d’effectuer l’un ou l’autre réglage, évitez de vous lancer dans l’improvisation avant-gardiste. Profitez-en plutôt pour vous accorder, ou pourquoi pas allez prendre l’air ou un bon petit café.

♪ Pour les guitares surtout, éventuellement les basses : changez vos cordes ! Mais pas le jour même ni la veille, plutôt quelques jours avant, afin qu’elles ne se désaccordent pas au bout de 30 secondes.

♪ Pour la batterie, si vous en avez la possibilité, changez de peaux, surtout la caisse claire. Des vieilles peaux sonnent terne et sourd, et on ne peut pas faire grand chose au mixage si c’est le cas. Si vous les remplacez avant la session, étirez les et accordez les.

♪ Prévoyez un jeu de cordes supplémentaires pour les guitares, une peau de remplacement pour la caisse claire si vous tapez très fort, des piles pour les pédales ou basses actives, vos jacks d’instruments. Pas de micros, de câbles de micros ou de pieds, afin de ne pas se mêler les pinceaux avec ceux du studio.

♪ Essayer d’avoir sur papier la structure des morceaux ainsi que les paroles. Ca facilite les repérages pour les « punch-ins » lors des over dubs.

♪ Evitez par contre d’emmener vos copains/copines et autres tontons. L’espace n’est pas gigantesque, il faut rester silencieux, et le « public » est une source de distraction.

♪ Soyez patients ; lorsqu’un autre membre du groupe est en train d’enregistrer ses parties, ça peut prendre du temps. Il y a de la lecture au studio, et vous pouvez emmener la vôtre.

♪ Méfiez-vous du « on règlera ça au mixage » ! Il vaut toujours mieux obtenir un bon son, une bonne performance à la source. Une mauvaise batterie (guitare, voix) bien enregistrée ne sonnera pas « bien ». Il vaut mieux passer le temps nécessaire pendant l’enregistrement pour avoir des prises dont on est pleinement satisfait.

♪ Pendant la session, si quelque chose vous dérange, n’hésitez pas à en parler. Une relation de confiance est indispensable pour aboutir à un projet réussi. Et puis, si vous êtes content, dites-le aussi, ça fait toujours plaisir…

Merci à Eric ROBERT (Db Studio) pour ces conseils

Besoin d'un renseignement ?

Contactez-nous

© 2020, STuDiO32